Ensemble, nous allons changer le monde!

Tels sont les mots utilisés par Mme Jane Hodges, cheffe du Service des questions de genre, de l’égalité et de la diversité du BIT, lors de la cérémonie d’ouverture de l’Académie sur les questions de genre ce lundi 11 novembre.

Mme Hodges a également rappelé les cinq clés du succès en matière d’égalité des genres: engagement politique, stratégie, plans d’application, produits et individus. Ce sont les agents du changement nécessaires pour que les femmes puissent se faire entendre.

Souhaitant la bienvenue aux quelque 170 participants originaires de plus de 70 pays, Mme Patricia O’Donovan, Directrice du Centre, les a invités à faire de cet événement d’apprentissage unique une plateforme de discussion sur les questions de genre, d’échange d’expériences utiles, de création de réseaux pour la diffusion des pratiques d’excellences et de soutien à une vision et une approche plus stratégiques.

Le Directeur de la Division de la coordination d’ONU Femmes, M. Moez Doraid, a appelé de ses vœux l’Académie à contribuer à atteindre l’objectif ultime de défense des droits humains et de développement par le biais de l’amélioration des conditions de vie des femmes et des filles.

Mme Clemencia Muñoz Tamayo, Directrice du Centre de formation d’ONU Femmes, a quant à elle déclaré que la formation est essentielle pour l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes. La collaboration avec le Centre de Turin promouvra la discussion et la réflexion sur les tendances actuelles en matière de formation et de développement des capacités au service de l’égalité des genres. L’Académie permettra de collecter et de diffuser les pratiques d’excellence et de faire connaître les possibilités de formation en égalité des genres au niveau mondial.

Mme Victoria Marina Velásquez de Avilés, Présidente du Conseil d’administration du BIT et Ambassadrice et Représentante permanente de l’El Salvador auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, a insisté sur la nécessité de créer des lieux de travail ouverts à tous et sur le rôle de premier plan que les organisations internationales telles que l’OIT peuvent et doivent jouer à travers leurs traités et conférences sur les questions de genre et leurs conventions, recommandations et normes contraignantes pour les États. « Nous devons respecter les droits des hommes et des femmes, et leur donner la possibilité d’accéder à toutes les formes de commerce ou de profession, quel que soit leur genre, comme cela doit être le cas pour l’éducation, la santé, la propriété, le crédit ou la technologie.

L’égalité que nous revendiquons, a-t-elle poursuivi, joue un rôle essentiel dans la croissance économique et la réduction de la pauvreté. Nous sommes un vecteur de développement et de changement, et notre lutte doit désormais porter sur la concrétisation totale du travail décent dans nos sociétés.

Si nous échouons – et les inégalités et les formes d’exclusion que nous rencontrons dans le monde du travail sont encore bien présentes –, de nombreuses années s’écouleront encore avant que les femmes ne doivent plus payer le prix d’être une femme. »

International Training Centre of the ILO

Viale Maestri del Lavoro, 10
10127 Turin - Italy

Contactez nous