fr

Le travail décent dans le secteur de la pêche

Du 18 au 22 août, deux cours destinés aux représentants des travailleurs et des employeurs du secteur de la pêche de 16 pays d’Amérique latine se sont déroulés en parallèle au Centre international de formation de l’OIT, situé à Turin, Italie. Les participants à ces deux activités retrouveront maintenant à Bamio, Espagne, ceux d’un autre cours organisé par le Centre à l’intention des fonctionnaires gouvernementaux. Cette deuxième phase tripartite, qui traitera de la convention (n° 188) sur le travail dans la pêche, 2007, se terminera le 29 août.

Le secteur de la pêche en mer emploie un très grand nombre d’individus dans le monde. En 1998, quelque 36 millions de travailleurs étaient engagés dans la pêche et l’aquaculture, dont 15 millions à temps plein, 13 millions à temps partiel et 8 millions à titre occasionnel. Selon la FAO, en 2000, 27 millions de personnes étaient employées dans la pêche (à temps plein, à temps partiel ou à titre occasionnel). La toute grande majorité de ces individus vit dans les pays en développement (83 pour cent en Asie, 9 pour cent en Afrique et 2,5 pour cent en Amérique du Sud), le reste étant réparti entre les pays exportateurs d’Amérique du Nord, d’Europe et d’ex-Union soviétique.

La convention sur le travail dans la pêche adoptée en 2007 a pour but d'établir des normes du travail innovatrices afin d'améliorer les conditions des hommes et des femmes qui travaillent dans ce secteur à travers le monde. Elle vise à garantir que les travailleurs du secteur de la pêche perçoivent une amélioration de la santé, de la sécurité et des soins de santé à bord, qu’ils reçoivent des soins à terre en cas de maladie ou de blessure, qu’ils se voient octroyer des périodes de repos suffisantes, qu’ils soient couverts par un accord d’engagement et qu’ils bénéficient de la même protection sociale que les autres travailleurs.

D’après un rapport de l'OIT sur le sujet, la pêche - industrielle ou à petite échelle - est désormais touchée par la mondialisation. Les défis à relever font qu’il est de plus en plus important pour les pêcheurs, les armateurs, les industries connexes et les consommateurs que le secteur de la pêche soit couvert par une législation du travail qui protège les pêcheurs et rende cette profession essentielle attractive et durable.

L’objectif des cours de formation du CIF-OIT, organisés en collaboration avec l’Instituto Social de la Marina de Bamio, qui possède une longue expérience dans le domaine, consiste à analyser le texte de la convention et à aider les mandants de l’OIT à en comprendre les éléments fondamentaux, de sorte à pouvoir en discuter au niveau national et à en promouvoir la ratification. La convention entrera en vigueur quand elle aura été ratifiée par au moins dix États membres, dont huit doivent être des États côtiers. C’est pourquoi l’Amérique latine est stratégiquement importante pour la promotion de la convention n° 188.

International Training Centre of the ILO

Viale Maestri del Lavoro, 10
10127 Turin - Italy

Contactez nous