Pour l’amour du droit

Marcelle Franco Espíndola BARROS et son époux Guilherme Freire de Melo BARROS, deux étudiants brésiliens du master en droit commercial international (orientation contrats et résolution des litiges), se sont connus pendant leurs études universitaires et c’est en tant que couple marié qu’ils ont participé au master de la Turin School of Development.

Marcelle, racontez-nous votre histoire…

Tout a commencé en 2000, quand nous sommes entrés tous les deux à l’Université fédérale de Rio de Janeiro. Notre histoire d’amour date de 2005, notre dernière année d’étude, et nous nous sommes mariés en 2011.

 

Dans la pratique, nous avons suivi deux voies légèrement différentes, Guilherme travaillant pour le bureau du Procureur de l’État de Paraná, tandis que moi, je travaille plutôt dans le domaine de la propriété intellectuelle. En 2011, quand Guilherme a dû quitter Rio de Janeiro pour Paraná pour des raisons professionnelles, je l’ai suivi.

Vous avez donc fait les mêmes études…

Comme je l’ai dit, nous nous sommes rencontrés à la faculté de droit, mais nous ne sommes ensemble que depuis après la fin de nos études. L’année dernière, nous avons décidé qu’il était temps d’investir à nouveau dans nos études, et nous nous sommes inscrits tous les deux au master en droit commercial international de la Turin School of Development et à un master en droit économique de l’Université catholique de Curitiba. Comme nous avons été acceptés dans les deux programmes, nous avons eu l’occasion de vivre en Europe tout en suivant les cours en ligne de notre master au Brésil. L’Italie nous paraissait être une expérience intéressante en raison de l’environnement extraordinaire et de ses habitants joviaux et amicaux, comme les Brésiliens. Nous pensions également que ce serait pour nous une belle occasion d’en apprendre plus sur la culture, l’histoire et la langue italiennes. Nous sommes vraiment tombés amoureux de ce pays.

Le fait d’étudier ensemble a-t-il été un facteur positif ou négatif?

Indéniablement, cela a été un avantage. Comme nous suivions deux programmes en parallèle, le soutien mutuel que nous nous apportions a été très précieux. Nous partagions les mêmes difficultés, les mêmes doutes, et en fin de compte les mêmes satisfactions. Nous n’avons aucun regret et si c’était à refaire, nous le referions. Nous envisageons de faire un doctorat en Europe dans un avenir proche. Il va de soi que nous nous inscrirons au même programme tous les deux!

Parlez-nous un peu de vos carrières respectives? Travaillez-vous ensemble?

Non, dans notre vie professionnelle, nous sommes séparés la journée. Guilherme est au bureau du Procureur, et moi dans un cabinet d’avocats. Il nous reste toutefois le master de deux ans pour être en classe ensemble deux fois par semaine!

Quels sont les principaux enseignements que vous avez tirés de cette cohabitation 24 heures sur 24?

Le principal enseignement, c’est qu’on est plus fort ensemble. Quand un de nous a coup de mou, l’autre est là pour l’aider, l’écouter, le soutenir. Les difficultés ne sont pas insurmontables quand on les affronte ensemble. En outre, vivre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ensemble nous a rassurés sur le fait que nous étions faits l’un pour l’autre. En Italie, cela n’a jamais été un problème. Au contraire même: nous ne sommes pas habitués à être séparés trop longtemps.

 

Qu’avez-vous pensé du master que vous avez suivi au Centre?

Le master nous a donné la chance de vivre et d’étudier avec des gens venus de tous les horizons. Nous avons rencontré des étudiants irlandais, canadiens, italiens, espagnols, ukrainiens, indiens, géorgiens, serbes, moldaves, marocains, kenyans, ougandais, nigérians, etc. Nous avons appris des choses sur le droit commercial, mais aussi sur la vie, la différence et la tolérance. Nous pouvons témoigner que des personnes originaires de contextes aussi différents ont en fin de compte et à bien des égards beaucoup de choses en commun, et qu’elles peuvent vivre, travailler et étudier ensemble et en harmonie.

Après un semestre en Europe, nous faisons partie d’une famille internationale disséminée aux quatre  coins de la planète. Les souvenirs des jours passés ensemble resteront à jamais gravés dans nos cœurs.

 

International Training Centre of the ILO

Viale Maestri del Lavoro, 10
10127 Turin - Italy

Contactez nous