Que pensent nos participants? Réflexion sur la gestion et le développement

Entretien avec M. John Suzyo Banda, Coordonnateur national d’un projet pour l’emploi des jeunes en Zambie et participant à l’ « atelier de validation du programme de formation sur le travail décent pour les jeunes ».

Je crois savoir que vous êtes venu au Centre pour diverses raisons. Pouvez-vous nous en dire davantage sur votre expérience au Centre?

Depuis 2010, je viens au moins une fois par année à Turin. J’ai participé aux ateliers suivants:

  • Effective Communication and Lobbying for Employers’ Organizations (2010)
  • Business Agenda, Policy Analysis and Services for Employers’ Organizations (2010)
  • HIV/AIDS Workplace programmes for Employers’ Organizations (2011)
  • Master en gestion du développement (2012)
  • Macro-economics and Modelling for Labour Market Analysis (2013)

 

J’ai fréquenté le Centre à divers titres. J’ai tout d’abord participé à une formation sur la façon d’accroître l’efficacité des organisations de travailleurs en tant qu’employé de la Fédération des employeurs de Zambie (ZFE). Ensuite, je suis venu en tant qu’étudiant du master en gestion du développement délivré en partenariat avec l’Université de Turin. Et aujourd’hui, je participe à la validation du programme de formation sur le travail décent pour les jeunes.

 

Quels étaient les objectifs personnels et institutionnels qui vous ont poussé à participer aux activités de formation du Centre?

Les programmes de formation du Centre sont orientés vers la pratique. Ils donnent des moyens d’action aux participants et leur donnent la confiance dont ils ont besoin pour exécuter le travail. Une fois la formation achevée, j’étais capable, dans le cadre de mon travail au sein de la ZFE, de recruter davantage de membres et d’offrir des services efficaces et efficients. Grâce aux compétences que j’ai acquises au Centre, je suis également parvenu à formaliser la coopération entre la fédération et SHARE (un programme financé par l’USAID) en matière de VIH/sida sur le lieu de travail.

 

Est-ce que ces programmes vous ont fourni de bonnes bases et des pistes d’action?

Le projet que j’ai mené dans le cadre du master portait sur l’emploi des jeunes. Peu de temps après la formation, l’OIT m’a offert un poste de coordonnateur national d’un projet pour l’emploi des jeunes. Cette fonction consiste à fournir une assistance technique au gouvernement et aux partenaires sociaux pour le développement d’une stratégie pour l’emploi des jeunes. Elle consiste également à faciliter l’accès aux services de développement d’entreprises et au financement pour les jeunes hommes et les jeunes femmes. Le master m’avait apporté les connaissances nécessaires en matière de gestion du développement et j’ai donc accepté l’offre d’emploi en toute confiance. Les résultats en sont la preuve. La stratégie pour l’emploi des jeunes est en voie d’élaboration et sera mise en place sous peu.

Les compétences que j’ai acquises conjuguées à mon expérience dans le domaine de l’emploi des jeunes m’ont aidé à contribuer à l’élaboration du module de formation sur le travail décent pour les jeunes, tout en veillant à ce qu’il reflète les points de vue des pays africains et des pays en voie de développement.

 

D’après vous, comment les activités de formation du Centre pourraient-elles contribuer au développement personnel et institutionnel?

La méthode de formation du Centre axée sur la pratique, la présence de personnes ressources expérimentées issues des mondes académique et industriel, et la diversité des participants ont été essentiels pour mon développement personnel ainsi que dans l’évolution de carrière de chaque participant.

Au Centre, on peut s’enrichir au contact de cultures différentes. C’est pourquoi j’encourage les lecteurs à profiter des programmes de formation du Centre de Turin pour faire toute la différence dans leur milieu de travail, leur communauté et leur pays et plus particulièrement pour les nombreux chômeurs et les jeunes défavorisés.

 

Y a-t- il un message que vous aimeriez faire passer à ce propos?

Pour terminer, je voudrais souligner le fait que beaucoup de pays sont en mesure de développer de bonnes politiques, mais qu’elles sont mal conçues si elles ne peuvent être mises en œuvre. Les nouveaux experts du développement devraient se concentrer sur l’élaboration de politiques et de programmes qui sont applicables et suivre leur état d’avancement. La résolution adoptée par la Conférence internationale du Travail en 2012, « La crise de l’emploi des jeunes: Appel à l’action » m’inspire énormément. Je suis heureux que la Conférence ait appelé à l’action et non à la planification.

 

 

International Training Centre of the ILO

Viale Maestri del Lavoro, 10
10127 Turin - Italy

Contactez nous