fr

Lutter contre le travail non déclaré en Europe

Un important accord de coopération trilatéral vient d’être signé dans le cadre de la Conférence internationale sur la lutte contre le travail non déclaré, organisée sous la houlette du ministère bulgare du Travail et de la Politique sociale, avec le soutien du CIF-OIT, de l'OIT et de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound).

S’il n’est pas correctement affronté, le travail non déclaré risque de saper les capacités de l’UE à atteindre ses objectifs de création d’emplois meilleurs et plus nombreux et de renforcement de la croissance. Il constitue une forme de dumping social qui entraîne une concurrence déloyale entre les sociétés reposant sur les salaires réduits et le non-paiement des cotisations de sécurité sociale. Surtout, il débouche sur des conditions de travail violant les droits et faisant fi de la dignité des travailleurs.

La Conférence internationale sur la lutte contre le travail non déclaré dans l’UE était parrainée par le ministère bulgare du Travail et de la Politique sociale, Eurofound et le CIF-OIT. Les partenaires sociaux, les ministres du Travail et les chefs des inspections du travail de trois États membres (Bulgarie, Roumanie et Grèce) ont participé au débat sur le rôle de l’administration du travail, l’économie informelle et les réponses tripartites au travail non déclaré. Plusieurs sessions ont été présidées par Mme Susanne Hoffman, directrice régionale de l’OIT pour l’Europe et l’Asie centrale, M. Mark Levin, directeur du bureau sous-régional de l’OIT de Budapest et Mme Maria Luz Vega, spécialiste principale en administration et inspection du travail.

Les principaux objectifs de la conférence étaient:

  • de brosser le tableau du travail non déclaré dans l’Union européenne et d’examiner les façons d’affronter le phénomène; et
  • de signer un accord de coopération trilatéral sur le travail non déclaré entre la Bulgarie, la Roumanie et la Grèce, en tant qu’engagement des trois pays à lutter contre l’économie informelle.

Cet accord est le premier de ce type à être signé par plus de deux pays. Il revêt une énorme importance dans le contexte géopolitique de ces trois États membres limitrophes d’Europe du Sud-est.

 

International Training Centre of the ILO

Viale Maestri del Lavoro, 10
10127 Turin - Italy

Contactez nous