CAS 1 : Gouvernance des systèmes de développement des compétences

CAS 1 : Gouvernance des systèmes de développement des compétences

CAS 1 : Gouvernance des systèmes de développement des compétences

3 Octubre–25 Noviembre 2022
El curso está disponible en Français

Le Certificate of Advanced Studies - CAS sur la Gouvernance des systèmes de développement des compétences fait partie du Diploma of Advanced Studies (Executive Diploma) sur le développement des compétences. Le CAS, organisé en collaboration avec la Haute Ecole fédérale en Formation Professionnelle, est un parcours de 10 ECTS pour les décideurs et les praticiens de l'EFTP / développement des compétences, articulé autour de trois modules qui portent respectivement sur l'élaboration des politiques visant les systèmes de développement des compétences techniques et professionnelles (DCTP), sur le financement de ces systèmes et sur la conduite du changement.

Presentación del curso

Le parcours de spécialisation en développement des compétences propose un chemin de formation à la carte réalisable en quatre ans.

Le CAS sur la Gouvernance des systèmes de développement des compétences se positionne au cœur décisionnel de ces systèmes, en contribuant à l’émergence d’écosystèmes de développement des compétences à l’échelle régionale, nationale, locale pour un secteur économique et/ou plusieurs secteurs économiques.

L’objectif du CAS est de mettre en capacité les acteurs de cet écosystème d’agir en pleine conscience et d’interagir avec d’autres acteurs et d’autres écosystèmes liés au marché du travail.

La formation proposée contribue au renforcement des capacités des participant·es en vue d’améliorer leur participation à la consolidation du niveau d’organisation de la  gouvernance, du pilotage et du financement des systèmes de développement des compétences auxquels ils/elles appartiennent, par la conception et la mise en œuvre de politiques basées sur des cadre de concertation partenarial et sur le dialogue social, ainsi que par la structuration et le financement de plans et programmes adaptés à leurs contextes.

Le CIFOIT a conçu et met en œuvre cette offre avec la Haute Ecole fédérale en Formation Professionnelle, qui est la pierre angulaire du développement des capacités au sein du système suisse d'EFTP, largement considéré comme la référence mondiale dans le secteur. La conception de cette offre a pu recevoir l’appui technique et financier de l’Agence Française de Développement.

¿Quiénes participan en este curso?

Le public cible de ce parcours est composé, prioritairement mais pas exclusivement, d'adultes de pays en développement ou émergents et qui ont en charge des systèmes d’EFTP / développement des compétences, ou qui ont une expérience dans ces domaines.

Le parcours cible les personnes actives dans la définition et la mise en œuvre de politiques publiques en matière de systèmes de développement des compétences :

  • employé·es des ministères chargés de l'enseignement et de la formation techniques et professionnels / développement des compétences, de l'emploi, des finances ou d'autres ministères de tutelle qui supervisent les activités de formation ;
  • représentant·es d'organisations d'employeurs et de travailleurs ;
  • membres d'organisations de la société civile et d'organisations non gouvernementales travaillant dans le secteur du développement des compétences ;
  • représentant·es d'institutions mixtes, publiques-privées (par exemple observatoires, agences, fonds).
  • gestionnaires de dispositifs d’enseignement et la formation techniques et professionnels (par exemple directeur·rices de centre de formation professionnelle, surveillant·es généraux·ales, chef·fes de travaux, chef·fes d’études, chargé·es des relations entre l’école et l’entreprise, inspecteur·rices de l’Éducation nationale).
  • professionnel·les de la relation pédagogique, enseignant·es, formateur·rices, psychologues de l’éducation, conseiller·ères d'orientation, conseiller·ères pédagogiques ou tuteur·rices dans les différents lieux de formation comme les entreprises, les écoles et les centres de formation.
  • personnel d’institutions et d’agences de coopération internationale, y compris les agences onusiennes et les banques de développement.
Éléments principaux
Apprendre Différemment

Formation hybride, méthodologies d’apprentissage innovatrices et participatives, visites d’étude, utilisation intégrée des technologies

EXPERT·ES En Presence

Le Diploma amène tou·tes les participant·es dans les deux campus à Turin et à Lausanne, pour des expériences présentielles d’apprentissage

Diplome Officiel

Les candidat·es pourront accéder à des certifications officielles, pour le CAS ainsi que pour chacun de ses trois modules

Ton Rythme, Ton Parcours

Chaque participant·e décide son propre rythme : on peut superposer les certificats pendant une durée de 4 ans pour obtenir le CAS

Parcours personnalisé

Le/la participant·e est au centre de la création de son parcours, car il/elle peut choisir de :

  • Fréquenter un seul module et obtenir les ECTS correspondants. Dans les quatre ans suivants, il/elle pourra compléter le certificat en fréquentant les cours restants.
  • Fréquenter les trois modules et obtenir le Certificate of Advanced Studies (CAS - 10 ECTS) sur la Gouvernance des systèmes de développement des compétences.
  • En amont au démarrage de la formation, essayer d’obtenir des crédits sans passer par un ou plus des modules de formation du CAS : les formations non formelles et les acquis d’apprentissages informels peuvent être reconnus et exempter le/la participant·e d’un ou plusieurs modules.
Structure du parcours et objectifs d’apprentissage

Le CAS Gouvernance des systèmes de développement des compétences est articulé autour de trois modules hybrides sur les thématiques liées à l’élaboration de politiques de développement des compétences en lien avec le marché du travail, le financement de l’EFTP et la planification et conduite du changement.

A la fin du parcours de formation, le CAS permettra aux participant·es de développer les compétences présentées ci-dessous.

 

Elaboration de politiques de développement des compétences

 

  • Contribuer à adapter le dessein et le dessin des politiques de développement des compétences aux aléas du marché du travail, en particulier en période de crise économique, sociale, migratoire et/ou sanitaire (par exemple Covid-19) ;
  • Contribuer à élaborer et à mettre en œuvre des politiques de développement des compétences cohérentes et coordonnées pour qu’elles soient les mieux adaptées :
     

    • aux réalités nationales, régionales et/ou locales ;
    • aux filières économiques porteuses (en croissance rapide, ou à fort potentiel de recrutement) ;
    • aux secteurs durement frappés par les crises économiques, sociales, migratoires et/ou sanitaires ;
    • aux réalités de l’économie formelle et informelle ;
    • au tissu économique, comme le soutien aux petites et moyennes entreprises ou aux travailleur·ses indépendant·es ;
    • au niveau de digitalisation ;
    • aux changements profonds de l’économie et du marché du travail.
       
  • Contribuer à établir un dialogue entre le monde du travail et le monde de l’éducation pour développer l’implication des partenaires sociaux dans le développement des compétences vers des systèmes améliorés en termes de qualité, de pertinence et de gouvernance, y compris via la diversification des parcours de formation (renforcement des dispositifs d’apprentissage formel et professionnel informel et de formation continue) et de certification (reconnaissance des compétences et des qualifications) ;
  • Promouvoir des politiques de développement des compétences menant à l’équité en matière d’emploi, par exemple l’équité par genre mais aussi s’agissant des jeunes adultes en phase de primo insertion sociale et professionnelle, des travailleur.ses de l’économie informelle, et de tous les groupes défavorisés et/ou vulnérables.

 

Financement de l’EFTP

 

  • Appréhender une « vision systémique » des modes de financement possibles du développement des compétences et de l’EFTP, en passant en revue et en analysant diverses approches et mécanismes de financement ;
  • Contribuer à développer des approches du financement du développement des compétences coordonnées avec les autres dimensions de la gouvernance et/ou du pilotage des systèmes de développement des compétences ;
  • Contribuer à la mise en œuvre des mécanismes de financement du développement des compétences les plus adaptés aux buts recherchés compte tenu des contraintes locales (par exemple budgétaires et fiscales) ;
  • Participer, avec conscience des enjeux, à l’élaboration d’un cadre règlementaire, fiscal, et opérationnel pour le financement du développement des compétences ;
  • Contribuer à mettre en œuvre des mécanismes de financement :
     

    • qui vont dans le sens des mutations récentes de l’économie, du marché du travail et du développement des compétences ;
    • qui s’intègrent de manière pertinente et sans heurts au paysage social et économique local, et qui répondent aux attentes des autres parties prenantes locaux, avec un focus sur les acteur·rices de l’économie informelle ;
    • respectueux des enjeux de genre, d’origine sociale et/ou géographique ;
    • adaptés au contexte local, et respectueux des équilibres locaux et nationaux déjà en place (secteurs public et privés, accords de branches existants, rôles et responsabilités des partenaires sociaux établis ;
       
  • Comprendre le rôle des incitations financières et passer en revue des exemples sur la manière d’incrémenter la participation des particuliers et des entreprises.

 

Planification et conduite du changement

 

  • Participer à la formulation de projets, à leur pilotage et à l’élaboration et mise en œuvre de leurs dispositifs de suivi et évaluation ;
  • Mettre en œuvre une ingénierie sociale adaptée tenant compte du contexte (opportunités et risques) ;
  • Focaliser l’attention sur des objectifs de développement de compétences précis et bien identifiés ;
  • Développer synergies et coordination entre les différentes actions ;
  • Faciliter la communication entre les différent·es acteur·rices impliqué·es dans la gestion d’un système, d’un dispositif et d’un centre de formation professionnelle ;
  • Aider à construire des partenariats entre les dispositifs de formation professionnelle et les acteur·rices de tout l’écosystème ;
  • Optimiser la mobilisation des ressources et des efforts et éviter la dispersion et le gaspillage de ces ressources ;
  • Prendre en compte les aspects liés au changement dans chaque projet (acteur·rices, institutions, pratiques).
  • Mettre en place des leviers facilitant le changement et lutter contre les freins au changement.

 

Les participant·es qui auront achevé les trois modules termineront leur parcours pour l’obtention du CAS.

Procédures de certification

L’accréditation du parcours de formation et la certification des compétences des apprenant·es pour la délivrance du CAS sont effectuées par l'HEFP et le CIFOIT dans une logique de co-certification.

Les apprenant·es qui valident un module de formation obtiennent un Certificat de module valant entre 3 et 4 ECTS selon les cas. Les apprenant·es qui ont terminé avec succès le CAS se verront décerner la certification correspondante par l'HEFP et le CIFOIT.

Conditions d’admission

L’admission à la formation continue certifiante CAS présuppose les conditions cumulées suivantes :

  • un titre du degré tertiaire — c’est-à-dire de niveau universitaire — comme ceux accessibles par les voies suivantes : école supérieure, examen professionnel, examen professionnel supérieur, haute école universitaire, haute école spécialisée ou haute école pédagogique ; ou une certification équivalente ;
  • un lien thématique avéré avec la formation professionnelle, par exemple par le biais d’activités professionnelles en cours ou passées ;
  • une expérience professionnelle de plusieurs années.

Ou admission sur dossier.

Les textes de l’HEFP ne permettent pas de spécifier la durée de l’expérience de manière précise comme une condition d’admission. Néanmoins, compte tenu de la spécificité de ce projet, très axé sur la combinaison d’une expérience passée et d’acquis conceptuels nouveaux, les documents distribués aux candidat·es à l’admission mentionneront explicitement qu’au moins cinq années d’expérience pour le CAS seront des facteurs facilitant l’admission.

 

Expertise

Le Centre peut s'appuyer sur l'expertise de l'OIT, qui est ancrée dans un siècle de normalisation et d'assistance technique en matière de développement des compétences. Cette expérience a permis d'acquérir une compréhension approfondie de la manière dont les systèmes d’EFTP/Développement des Compétences peuvent devenir efficaces et durables à long terme, ainsi qu'un ensemble d'outils et de modèles éprouvés, qui peuvent être adaptés aux contextes nationaux.

Le rôle prépondérant de l'OIT dans la coopération internationale en matière de développement des compétences signifie également que le centre est en mesure de s'appuyer sur un vaste réseau d'expertise au sein du système des Nations unies, des partenaires techniques, du monde universitaire et au-delà.

¿Preguntas? Tenemos las respuestas